La bancassurance d’Ecobank se développe

La vente d’assurances et d’autres produits et services d’assurance par les institutions bancaires est un secteur en pleine expansion, et Ecobank est devenu un leader dans ce domaine. Quels sont les avantages offerts aux clients.

Le paysage de l’assurance en Afrique est en train de changer. Bien que les courtiers et les agents restent les canaux de distribution les plus importants, les banques se sont peu à peu imposées comme intermédiaires pour un large éventail de polices d’assurance. Les partenariats entre les compagnies d’assurances et les banques se sont multipliés, les deux parties voyant un avantage mutuel dans une collaboration plus étroite.

« La prochaine étape de croissance de la branche assurance de la banque sera numérique : « Notre plateforme numérique donnera aux gens la possibilité d’acheter une assurance à distance », explique la responsable du pôle Bancassurance du groupe panafricain. « 

Selon McKinsey, la part de la bancassurance dans les primes du marché de l’assurance au Ghana a presque doublé, passant de 7 % en 2015 à 13 % en 2019. Une telle augmentation se retrouve dans de nombreux marchés en Afrique. Sur les 100 banques étudiées à travers dix pays africains par Finaccord, 89 vendaient déjà des assurances sous une forme ou une autre et 41 faisaient la promotion de polices autonomes. Toutefois, le rapport a également révélé qu’il existait de grandes différences entre les modèles opérationnels de bancassurance des différents pays – en grande partie pour des raisons réglementaires.

Proposant des services d’assurance depuis 2014, Ecobank s’est imposé comme un pionnier et un leader des services de bancassurance sur le continent. Le groupe a initialement commencé à déployer des services de bancassurance sur 14 marchés clés. Elle s’est associée à certaines des plus grandes compagnies d’assurances d’Afrique, dont Old Mutual, Allianz, Sunu, Nsia et Sanlam. Au départ, l’accent était mis sur les services bancaires aux consommateurs, offrant une couverture vie et non-vie. Stella Bagnah-Gamon, responsable de la bancassurance du groupe, indique qu’en 2015, ce dernier n’avait enregistré « que » 1,7 million de dollars de commissions de bancassurance. « Nous avons eu une tendance à la hausse en termes de performance et de commissions, et en 2021, nous avons terminé l’année avec 4,1 millions $ de commissions. »

Environ 65 % des opérations de bancassurance d’Ecobank proviennent de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine). Vient ensuite l’Afrique de l’Ouest anglophone qui contribue à 18% des opérations de bancassurance. Puis l’Afrique centrale, orientale et australe (CESA), qui contribue à 16% des opérations de bancassurance avec des pays comme le Cameroun, le Congo Brazzaville, le Kenya et la Tanzanie. Le Nigeria ferme la marche avec une contribution de 1%.

 Guichet unique

L’avantage pour les clients qui souscrivent des polices d’assurance auprès des banques est qu’ils peuvent accéder à une variété de services financiers en un seul endroit, à un guichet unique. Les banques pourront offrir une couverture d’assurance en plus d’autres produits comme les prêts, les instruments d’épargne et les hypothèques. Les primes associées aux produits de bancassurance sont aussi généralement inférieures à celles proposées par les courtiers, les agents ou les compagnies d’assurances. Chrispen Chinhoyi, d’ACL Holdings, une société de logistique qui transporte du carburant dans toute la SADC (Communauté de développement de l’Afrique australe), explique que la société basée au Zimbabwe a souscrit une police d’assurance marchandises en transit auprès d’Ecobank. « La plupart de nos clients souhaitent assurer leurs produits. Nous ne transportons que des marchandises qui ne nous appartiennent pas. Si le camion est impliqué dans un accident et que les marchandises sont endommagées, ils voudront récupérer ce montant auprès de nous. »

Chrispen Chinhoyi indique qu’ACL Holdings a récemment fait une réclamation auprès d’Ecobank après que deux de ses camions ont été impliqués dans un accident et qu’une partie du carburant se soit répandue sur la route. Il ajoute que la procédure de demande d’indemnisation a été « extrêmement facile ».

ACL Holdings s’est tournée vers l’assurance avec Ecobank après avoir initialement utilisé la banque panafricaine pour des services bancaires de base. Après avoir souscrit une police d’assurance pour les biens et services, l’entreprise de Chrispen Chinhoyi envisage de transférer tous ses besoins en assurance à Ecobank. « Nous voulons également assurer nos camions, car ce sont les actifs que nous utilisons tous les jours », explique-t-il. « Pour ces camions, nous voulons que l’assureur nous dise que nous pouvons les assurer en multirisques et en responsabilité civile. »

Comme elle était déjà bancarisée auprès d’Ecobank, ACL Holdings a également bénéficié d’une réduction sur ses polices marchandises et transit . « La raison pour laquelle nous avons choisi Ecobank est sa tarification. Les équipes ont pris en compte le fait que nous avons également une activité bancaire avec eux. C’est bien meilleur que ce que nous pouvons obtenir sur le marché. »

Le secteur de l’assurance en Afrique est traditionnellement en retard par rapport aux autres régions. L’Afrique a l’un des taux de pénétration de l’assurance les plus faibles au monde, avec moins de 3 %, contre une moyenne mondiale de 7,23 %. Les compagnies ont eu du mal à créer des produits innovants qui répondent aux besoins uniques des marchés et des citoyens africains. La plupart des compagnies d’assurance se concentrent sur les produits mûrs, tels que les automobiles et l’assurance maladie.

Bakar Ndiaye, de Safar Glace, une entreprise sénégalaise qui fabrique de la glace pour les pêcheurs, affirme qu’il est difficile de trouver des options d’assurance adaptées sur le marché local : « Le principal problème est que la plupart des compagnies d’assurances exigent beaucoup de garanties, ce qui n’est pas possible pour de nombreuses entreprises. »

Selon lui, Ecobank n’a pas demandé une garantie excessive et la banque a également aidé Safar Glace avec un prêt partiel pour acheter des machines en Italie. Le prêt a permis à Safar Glace d’augmenter sa production de glace, avec des projets d’expansion dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. L’homme d’affaires affirme également que la banque Ecobank a été une expérience qui a offert à l’entreprise plus qu’une simple assistance financière : « Ils nous ont aidés et conseillés sur la manière de développer l’entreprise. Nous allons essayer de doubler notre capacité et Ecobank va nous aider à le faire. »

Felix Ezeanochie, directeur général d’Adireje West Africa, félicite également Ecobank pour avoir proposé des solutions d’assurance à son entreprise. Il a souscrit une police auprès d’Ecobank pour assurer le gaz qu’il distribue à travers le Nigeria en tant que représentant de Gazprom, la compagnie gazière russe. Comme ACL Holdings, Adireje West Africa a souscrit une police pour les marchandises en transit. Elle a effectué trois demandes d’indemnisation depuis qu’il a souscrit cette police en 2018, après que certaines de ses marchandises ont été endommagées sur la route. « Tout s’est bien passé », dit-il en décrivant le processus de présentation d’une réclamation. « L’argent a été versé sur mon compte bancaire le jour même. Par rapport à d’autres compagnies, les services d’assurance d’Ecobank sont faciles à utiliser et simples… »

Prochaine étape de croissance Stella Bagnah-Gamon, responsable Bancassurance d’Ecobank, affirme que la prochaine étape de croissance de la branche assurance de la banque sera numérique : « Notre plateforme numérique donnera aux gens la possibilité d’acheter une assurance à distance. »

Le Magazine de l’Afrique

Author: admin